Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 12 octobre 2017 06:00

Le technicien espagnol n’est plus le sélectionneur de l’Equipe nationale : Alcaraz, Hasta la vista mais à quel prix ?

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le désormais ex-driver de l’équipe nationale, Lucas Alcaraz, a été remercié hier. La réunion extraordinaire du Bureau Fédéral (BF), tenue hier matin au Centre technique national (CTN) de Sidi Moussa, a débouché sur le licenciement du technicien espagnol. Reste à savoir combien coûtera cette éviction.

La Fédération algérienne de football (FAF) devait payer une indemnité à hauteur de 1.1 million d’euros en cas de rupture unilatérale du contrat. Les modalités de résiliation devraient être connues après tractations.
« Je ne pense pas partir car je n’ai pas été engagé pour qualifier l’équipe d’Algérie à la Coupe du Monde. Mon objectif c’est la CAN-2019 et on doit régénérer l’équipe pour réapprendre à gagner », c’était l’une des dernières déclarations de Lucas Alcaraz.dans le costume du sélectionneur de l’EN.
S’il a connu le malheur de faire les frais de la désastreuse campagne qualificative pour le Mondial 2018 qu’a menée « El-Khadra », l’ancien coach de Granada FC ne pourra goûter au bonheur de disputer le prochain tournoi continental. Pourtant, il a offert les trois premiers points dans les éliminatoires pour la Coupe d’Afrique 2019 face au Togo (1/0) en Juin dernier. C’était d’ailleurs sa dernière victoire avec les Verts.
La suite, tout le monde la connaît. Trois sorties (double-confrontation face à la Zambie et la rencontre face au Cameroun) pour autant de défaites. Il n’y survivra pas.


Chiffres accablants et soutien éphémère
Après avoir tiré Alcaraz à bras le corps face à la pression, Kheireddine Zetchi, président de la FAF, a dû se rendre à l’évidence et se séparer de celui qu’il a présenté comme le révolutionnaire de la balle ronde Dz. Il n’a pas voulu pour autant reconnaître l’incompatibilité du profil de l’Ibérique avec les objectifs de la sélection en se contentant de dire que « ce n’est pas une erreur de casting. On a fait un choix qui s’est avéré pas judicieux.
C’est un choix qui n’est pas à la hauteur du moment que les résultats obtenus avec Alcaraz sont négatifs.»
Effectivement, le bilan est là en rencontres officielles. Et il est sans appel ! Une seule victoire et trois sorties ratées de rang pour 4 buts (deux seulement en officiel) marqués et 7 encaissés. Sous sa houlette, les Fennecs ne répondaient plus.
C’était la première fois depuis 2009 que l’équipe enchaine 3 déconvenues. Elle a aussi été incapable de trouver le chemin des filets dans deux sorties de rang. Alcaraz n’a pas pu trouver de confort dans les statistiques.


Ould-Ali met la pression, Zetchi craque
A vrai dire, Zetchi ne pouvait plus soutenir son employé. D’autant plus que El-Hadi-Ould-Ali, ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS), lui avait implicitement demandé de se séparer du successeur de Georges Leekens. « Le président de la FAF doit prendre rapidement une décision en ce qui concerne le staff technique et quand je parle du staff technique de l’Equipe nationale, je parle de cet entraîneur. Zetchi doit faire un choix judicieux et qu’il faut pour l’intérêt de cette sélection nationale», a-t-il recommandé. Le fameux choix judicieux était donc de mettre le coach à la porte. Les indices de la séparation étaient là sachant que le boss de la FAF avait reconnu qu’« Alcaraz a une grande part de responsabilité dans les dernières défaites.» La réunion du BF hier matin n’était donc que protocolaire pour prendre quelques autres décisions. On notera celle de désigner Mohamed Ghouti comme président de la commission d’arbitrage en remplacement du « revenant-partant » Messaoud Koussa. En outre, Boualem Charef s’est vu confier les rênes techniques da sélection des locaux « A’ » au moment ou Rabah Saâdane devrait être installé comme Directeur technique national (DTN) incessamment.


Succession : Belmadi tiendrait la corde pour 120.000 euros/mois
Le départ des uns implique l’arrivée des autres. Qui sera le 33e entraîneur à diriger l’Algérie pour les prochaines échéances? Telle est la question. Selon des indiscrétions, la tendance serait pour l’ancien international algérien Djamel Belmadi (actuel Lekhwiya SC/ Qatar), qui compte 20 sélections pour 5 buts, avec qui Zetchi aurait pris attache. On évoque des émoluments à hauteur de 120.000 euros mensuels (80.000 payés par la FAF et 40.000 dont s’acquitteront les vice-présidents Rebouh Haddad et Bachir Ould-Zemirli). Un salaire mirobolant qui donnera un sérieux coup à la trésorerie. Surtout si Alcaraz repartira avec le joli pactole d’indemnisation. En tout cas, Alcaraz est le premier échec de l’ère Zetchi à qui on fera une faveur en passant l’éponge sur le rendement en « qualifiers ». Mais en ce qui concerne le choix du coach, il s’est gouré. Complètement.

Dernière modification le jeudi, 12 octobre 2017 02:20

Laissez un commentaire