Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 14 décembre 2017 06:00

Marché pétrolier : L’Opep table sur un rééquilibrage vers la fin 2018 Spécial

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Le retour à l’équilibre du marché mondial du pétrole ne se fera que vers la fin du prochain exercice. Ce sont là les dernières prévisions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, très investie dans l’effort de réduction de la production pour accélérer l’équilibrage du marché pétrolier et soutenir les cours.


Outre l’effort consenti pour réduire l’offre pétrolière, l’Opep prévoit une année 2018 très prometteuse en matière de demande ; l’Organisation y voit une solide reprise qui pointe à l’horizon. En effet, la croissance de la demande mondiale de pétrole est estimée à 1,51 million de barils par jour (mb/j) en 2018, comparé à 1,26 mb/j jusqu’ici, pour atteindre 98,45 mb/j, indique l’Organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport mensuel publié hier. Elle a aussi été plus forte que prévu cette année, à en croire la même source.
« L’expansion du secteur des transports devrait représenter l’essentiel de la croissance de la demande de pétrole », souligne l’Opep, qui anticipe une solide croissance économique l’an prochain. Du côté de l’offre, l’Organisation table sur une légère reprise de l’offre l’an prochain, mais qui devrait se situer à des niveaux moins supérieurs qu’initialement prévus. En chiffres, la production de brut de l’ensemble des membres de l’Opep devrait atteindre 33,2 mb/j en 2018, un chiffre supérieur aux niveaux de production de cette année (32,8 mb/j), mais moins qu’anticipé jusqu’alors. Les quatorze pays de l’Opep ont pompé un total de 32,45 mb/j en novembre, soit 133.000 barils par jour de moins qu’en octobre, selon des sources secondaires. Quatre membres ont porté l’essentiel de cette baisse de la production, à savoir l’Angola, l’Arabie saoudite, le Venezuela et les Emirats arabes unis. L’Arabie saoudite avait annoncé au début de la semaine qu’elle ira plus loin que le quota qui lui a été fixé pour pouvoir accélérer le rééquilibrage du marché. Un porte-parole du ministère saoudien de l’Énergie a déclaré que l’entreprise publique Aramco allait maintenir « un approvisionnement constant à destination des États-Unis et de l’Europe, tandis que les exportations vers l’Asie allaient être réduites de 100.000 barils par jour » par rapport aux niveaux de décembre. « Cela est conforme à notre volonté de tenir, et même de dépasser, nos engagements » pris le 30 novembre lors de la prolongation de l’accord de réduction de la production, a-t-il annoncé. L’Opep et ses partenaires, dont la Russie, ont renouvelé récemment jusqu’à fin 2018 un accord de baisse de la production, qui vise à rééquilibrer le marché mondial et à redonner des couleurs aux prix du baril. L’Accord porte sur une coupe de 1,8 million de barils/jour dans la production des membres de l’Opep et leurs partenaires parmi les producteurs non Opep. Pour ces derniers, l’offre devrait progresser néanmoins de 0,99 mb/j pour atteindre un total moyen de 58,81 mb/j sur l’année 2018, lit-on dans le rapport mensuel de l’Opep pour le mois de novembre. La croissance devrait encore être forte aux Etats-Unis avec l’essor des pétroles non-conventionnels. L’Opep table toutefois dans l’ensemble sur « une nouvelle réduction des stocks mondiaux excédentaires, conduisant à un marché équilibré d’ici la fin 2018 ». C’est l’un des signes les plus indicatifs d’un début d’un retour progressif à l’équilibre du marché.
La hausse des stocks mondiaux était, faut-il le rappeler, à l’origine directe de la baisse des cours du brut amorcée depuis juin 2014. Le rapport note par ailleurs des « indications grandissantes sur le fait que le marché s’achemine tranquillement vers un rééquilibrage » sur fond de stocks en diminution, de demande saine et de tensions géopolitiques. « Le processus de rééquilibrage du marché est en bonne voie, soutenu par des niveaux de conformité historiquement élevés de la part des pays participant » aux accords de limitation de la production, avait aussi estimé le secrétaire général de l’organisation Mohammed Barkindo, lors d’un discours à Pékin mardi.

Laissez un commentaire