Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 12 octobre 2017 06:00

Ouargla : Le parc d’entreprises de Hassi Benabdallah encore à l’état de projet

Écrit par GHELLAB CHAHINEZ
Évaluer cet élément
(0 Votes)

S’étalant sur une superficie de 500 hectares, dans la commune de Hassi Benabdallah, à 32 km du chef-lieu de la wilaya de Ouargla, le projet de parc industriel, qui remonte à 2013, est loin d’être concrétisé.

Selon le directeur de l’industrie et des mines de la wilaya, Harrouz Abdelaziz, qui s’est confié dans nos colonnes, la zone industrielle, devenue entre-temps un projet de grand parc industriel, est toujours en attente de réalisation. Sous l’impulsion des responsables locaux qui voulaient créer des espaces d’activité sur leur territoire, afin d’impulser une dynamique à l’investissement industriel, le projet, géré par l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (Aniref), a connu un retard considérable dans son avancement depuis le lancement du chantier en 2014.
Les travaux d’aménagement ont été attribués, à l’époque, à une société espagnole avant d’être interrompus pour des raisons inconnues, se souvient M. Harrouz. Une enveloppe de 4,3 milliards de dinars avait été octroyée pour concrétiser ce projet économique dans le cadre du programme de développement des régions du Sud du président de la République. Toutefois, le directeur de l’industrie et des mines assure que ce projet doit être absolument terminé car la wilaya souffre d’un manque flagrant de zones viabilisées, dont la surface ne dépasse pas les 57 hectares dans toute la wilaya. Ce parc s’avère donc très utile vu le nombre important d’entreprises industrielles et commerciales qui gagneraient à être regroupées dans un espace apte à recevoir un certain nombre d’installations nécessaires comme des zones d’entreposage. Pour pourvoir recevoir les entreprises, cet espace nécessiterait que soit achevée la voirie, les réseaux divers, comme l’éclairage public, l’électricité et l’eau potable. Or, rien de tout cela n’a été fait. Tout autant que l’installation, à ce jour, des équipements dits « tertiaires », constitués de superstructures de services, restaurants, postes, espaces de loisirs, banques…
De plus, ce projet devait permettre la création de centaines de postes d’emploi en faveur des jeunes de la région et résoudre une partie de la crise du chômage qui la gangrène, ajoute M. Harrouz. Les travaux du projet du parc d’entreprises en cours, pour lequel une enveloppe de plus de 800 milliards de centimes a été consacrée, qui devrait accueillir d’importantes implantations industrielles, sont en suspens et ce, pour des raisons inconnues.
Pourtant, l’étude de faisabilité technique du projet a été achevée, approuvée et le permis de lotir délivré. Les opérations d’aménagement ont même été confiées, en février 2017, à deux entreprises algériennes, dont une privée KEGT et EVSM. « Mais le projet est toujours bloqué et ce n’est pas un problème de financement », a précisé notre interlocuteur, qui dit que « l’argent est disponible ». Ce dernier a expliqué que le dossier se trouve actuellement au niveau de l’Aniref d’Alger, chargé d’élaborer le cahier des charges, qui sera déposé ensuite à la commission sectorielle des marchés du ministère de l’Industrie et des Mines. Une fois publié, les travaux démarreront aussitôt, mais jusqu’ici, le projet est en attente, a-t-il encore assuré.
Interrogée, de son côté, l’Aniref confirme que « le projet est actuellement suspendu ». « En attendant les directives des pouvoirs publics, aucun autre détail ne sera révélé. Pour cela, il faut contacter le ministère de tutelle », nous dit-on.
Ce projet est considéré comme un pôle idéal pour le développement d’activités industrielles et commerciales à envergure locale et nationale, susceptible de favoriser la diversification économique ainsi que de valoriser le potentiel de production nationale, estiment des responsables locaux du secteur de l’industrie et des mines.
Plusieurs entreprises seront donc implantées dans ce site une fois les travaux d’aménagement achevés. Il permettra d’offrir aux investisseurs toutes les commodités nécessaires pour réaliser leurs projets. Encore au stade de projet, il n’en demeure pas moins qu’on compte déjà 19 entreprises industrielles choisies par la direction de l’industrie et des mines selon le besoin et l’importance de l’activité pour être affectées prioritairement au parc industriel de Hassi Benabdallah. Dans la liste figure une entreprise privée qui active dans la production et l’installation de générateurs (2,4 hectares), une unité de récupération des déchets (2,24 h), un complexe d’assemblage, de distribution et de maintenance de produits à base d’hydrogène, de générateurs et de réservoirs électriques, un centre de stockage des produits pétroliers (4,99 h), une unité de récupération et de recyclage des déchets, trois sociétés de fabrication de cabines sahariennes, une unité de transformation et de recyclage de plastique, une unité de recyclage de pneumatique et une usine agroalimentaire.

Laissez un commentaire