Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 11 janvier 2018 06:00

La liste a été publiée dans le Journal officiel : L’interdiction d’importation de 851 produits effective

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le gouvernement vient de délibérer officiellement sur les produits frappés par les mesures de restriction à l’importation. Le premier Journal officiel de l’année, diffusé hier, publie la liste complète des biens et consommables soumis au régime de restriction à l’importation.

Conscient du danger que représente l’actuelle facture d’importation sur la balance des paiements, le gouvernement propose une liste de 851 produits concernés par les mesures de restriction à l’importation, dans une tentative de réduire la pression des déficits. Cette nouvelle réflexion portant sur l’encadrement des importations, annoncée fin 2017 par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, permettrait une économie de 15 milliards de dollars sur la facture de 2018, selon les prévisions initialement établies par le gouvernement. Dit autrement, ces premières économies escomptées sur l’exercice en cours permettraient d’évoluer crescendo vers le rétablissement de l’équilibre de la balance des paiements, très fragilisée ces trois dernières années par la baisse des cours pétroliers mondiaux. C’est une ambition écrite d’ailleurs en crayon-feutre dans le Journal officiel dans lequel est contenue la liste des produits concernés par les restrictions à l’importation. Ces biens et consommables cités dans ladite liste «sont temporairement suspendues à l’importation, jusqu’au rétablissement de l’équilibre de la balance de paiements », lit-on dans le premier JO de l’année. Dans cette liste figurent des viandes rouges et blanches pour plus de 220 variétés, du lait et divers produits laitiers pour près de 100 produits, les produits agricoles frais (légumes et fruits) étant donné qu’ils sont produits localement en quantités suffisantes, les noix et les fruits secs, les saucisses, les conserves et les préparations alimentaires, tous types de poissons en conserves, des sucreries et des chocolats, des pâtes alimentaires, des eaux naturelles et gazéifiées, les arômes, les ciments, des produits de décoration domestique, des produits de papier et d’hygiène, des produits de tapisserie, des matériaux de construction et de décoration, à l’instar de la céramique, le granit et le marbre, des appareils de conditionnement et d’électroménager, les téléphones cellulaires, des meubles en bois, des engins à l’instar des tracteurs agricoles…etc.


Péril en la demeure !
Pour opérer ce virage vers le rétablissement de l’équilibre de la balance des paiements, le gouvernement a décidé d’aller en douceur en suspendant à l’importation les biens et consommables produits localement et/ou jugés de luxe et inessentiels. Telle était l’idée vendue auprès des consommateurs et des opérateurs économiques investis dans les métiers de l’importation. Mais l’urgence se remarque dans le laps de temps qui sépare la décision de suspendre les produits en question et sa mise en œuvre effective sur le terrain. Du temps a été perdu depuis 2014 à ce jour. Les précédents gouvernements semblent avoir perdu de vue l’urgence de rétablir la viabilité des finances publiques, dont la fragilité s’est accentuée pendant ces longs mois d’inaction. Les précédentes mesures d’encadrement des importations ont également montré leurs limites. C’est pourquoi, le gouvernement, par la voix du ministre du Commerce, avait annoncé récemment un plan de substitution au dispositif des licences. Les nouvelles mesures vont de l’interdiction à l’importation de plusieurs groupes de produits (42 familles), de la suspension provisoire de l’importation de 850 produits, de la hausse des taxes et des droits de douane à l’importation d’autres biens et consommables et du contingentement des importations de véhicules si besoin il y a. C’est par ces leviers que le gouvernement Ouyahia tentera en 2018 de faire retomber la fièvre d’importation qui s’est traduite par la fragilisation des positions financières externes de l’Algérie. La hausse du déficit de la balance des paiements a accéléré la fonte des réserves de changes qui s’établissent désormais à moins de 100 milliards de dollars. Tout l’enjeu est là. 

Laissez un commentaire

Culture

Après le Festival du cinéma : Le Caire, de l’autre côté de l’écran

Emporté par le frénétique tourbillon d

Culture -
11-12-2018
6ème édition du concours «Jeune artiste-peintre» : Les trois lauréats récompensés

Un vernissage a été organisé avant-hie

Culture -
11-12-2018
6ème édition du concours «Jeune artiste-peintre» : Les trois lauréats récompensés

Un vernissage a été organisé avant-hie

Culture -
11-12-2018
Projetées hors compétition : Trois œuvres clôturent le Fica 2018

La 9e édition du Festival internationa

Culture -
11-12-2018