Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 14 janvier 2018 06:00

Prix du sucre et de l’huile : 12 milliards de dinars de subvention depuis 2011

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’Etat a injecté près de douze milliards de dinars dans les subventions aux prix du sucre et de l’huile depuis 2011, date de l’élargissement du dispositif des subventions à ces deux produits. Les statistiques diffusées hier par le ministère du Commerce à ce sujet donnent le tournis.

Plus précisément, la compensation globale mobilisée depuis la mise en œuvre au début de l’année 2011 d’un système de stabilisation des prix de l’huile brute alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc jusqu’au 13 décembre 2017 s’est élevée à 11,81 milliards de dinars. Quant aux dotations budgétaires allouées à ce chapitre depuis l’exercice budgétaire de 2012 à ce jour, elles se sont élevées à 19,8 milliards de dinars, apprend-on auprès des services du ministère du Commerce. L’évolution du montant de la compensation des prix de l’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc décaissé fait ressortir que la subvention la plus importante de ces deux produits alimentaires avait été enregistrée en 2012 avec près de 3,2 milliards de dinars. Par année, cette compensation s’était chiffrée à 2,1 milliards de dinars en 2011, à 3,2 mds DA en 2012, à 2,61 mds DA en 2013, à 998,87 millions de DA en 2014, à 451,56 millions de DA en 2015, à 982,2 millions de DA en 2016 et à 1,47 mds DA en 2017, détaille la même source. Des montants qui donnent le vertige ! Cela reflète parfaitement l’idée d’une subvention antiéconomique défendue par les économistes et les spécialistes de la santé publique. C’est une mesure qui a été prise au lendemain des émeutes des premiers mois de 2011 ayant suivi une hausse plutôt inexpliquée et injustifiée des prix du sucre et de l’huile. Plutôt que d’exercer son rôle de régulateur, l’Etat a décidé de faire appel à sa trésorerie et tenter ainsi, par le moyen d’un décret exécutif publié le 6 mars 2011, de plafonner les prix à la consommation ainsi que les marges à la production, à l`importation et à la distribution, aux stades de gros et de détail, de l`huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc. Ce texte, faut-il le rappeler, a ainsi fixé les prix plafonds des bidons d`huile ordinaire raffinée de 5 litres, de 2 litres et d’un (1) litre respectivement à 600 DA, 250 DA et 125 DA, alors que les prix du kilogramme de sucre blanc vendu en vrac et préemballé ont été fixés respectivement à 90 DA et 95 DA. Après avoir été portées des années durant par le Trésor public, les subventions au sucre et à l’huile font l’objet d’une évaluation en comité interministériel.


Le débat sur les comptes spéciaux du trésor relancé
Serait-ce le prélude à une remise en cause ? Le département de Mohamed Benmeradi n’en dit rien pour le moment. Cette remise en cause est portée à la fois par les économistes et les médecins, voyant en ces subventions un réel problème de santé publique. C’est-à-dire qu’à l’ombre des prix de sucre et de l’huile bon marché, l’on a constaté une surconsommation de produits sucrés et gras qui s’est manifesté au fil des années par le développement de l’obésité, du diabète et des maladies cardiovasculaires. Des institutions mondiales comme le FMI et la Banque mondiale, des think tanks algériens à l’instar de Nabni et des économistes de tous bords ont, depuis toujours, appelé à la mise en place d’un dispositif permettant de mieux cibler les subventions et de cesser le gaspillage des ressources financières. C’est sans doute le plus grand défi économique et budgétaire des prochaines années. Dans son dernier rapport sur l’Algérie, le Fonds monétaire international a appelé à poursuivre la réforme des subventions tout en protégeant les plus démunis. Le gouvernement y pense et compte délibérer sur les premiers éléments d’une enquête sur les subventions lancée en 2017. Dans le lot de statistiques ouvert par le ministère du Commerce figure un chiffre tout aussi effarant lié à la subvention aux frais de transport dans le Sud. Ce poste a nécessité un concours financier de 5 milliards de dinars injectés par l’Etat en 2017. C’est une enveloppe financière qui a été allouée, au titre du dernier exercice, au Fonds de compensation des frais de transport dans le Sud du pays. Le directeur général de la régulation et de l’organisation des activités au ministère du Commerce, Abdelaziz Aït Abderrahmane, avait indiqué hier à l’APS que pour corriger les dysfonctionnements que connaît ce fonds, il est impératif de réviser le dispositif réglementaire le régissant, d’assainir les dettes cumulées dans le cadre du dispositif de ce compte spécial et de délimiter le périmètre d’approvisionnement. Il est également nécessaire, selon lui, de réviser la liste des produits éligibles et du barème lequel est fixé actuellement à 3 DA la tonne kilométrique transportée pour l’interwilayas, et à une fourchette entre 1,8 DA et 9 DA, selon l’état des itinéraires, pour la tonne kilométrique transportée en intrawilaya. Il a aussi été préconisé la suspension du dispositif pour les wilayas dont le nombre d’adhérents est faible, voire nul (Naâma, El-Bayadh, El-Oued, Ouargla et Ghardaïa), la relance des inspections des services, la mise en place d’un dispositif pour l’évaluation des besoins réels et la révision de la convention du Fonds avec les adhérents. Plusieurs anomalies ont été constatées dans le fonctionnement de ce Fonds créé en 1996. Cela relance le débat sur la gestion et le contrôle des comptes spéciaux du Trésor, un problème que la Cour des comptes a maintes fois soulevé sans que ses observations ne soient concrètement prise en compte par le gouvernement.

Laissez un commentaire

Sports

Cristiano Ronaldo à portée de coups francs

S’il continue sur cette lancée en champi

Sports -
10-12-2018
Lionel Messi, maître des coups francs

Auteur d’un doublé sur coup franc samedi

Sports -
10-12-2018

Monde

Le Conseil de coopération du Golfe, une alliance malmenée

Le Conseil de coopération du Golfe (CC

Monde -
10-12-2018
Read more »
Pays du Golfe : Sommet de crise et sans le Qatar à Riyad

Les six pétromonarchies arabes du Golf

Monde -
10-12-2018
Read more »
Ottawa Manifestation tendue

Des centaines de militants de droite opp

Monde -
10-12-2018
Read more »
Onu Opération d’aide humanitaire pour 650 000 Syriens

Les Nations unies ont annoncé dimanche

Monde -
10-12-2018
Read more »

Région

Persistance du défaut de facturation

Vraisemblablement les tra

Région -
10-12-2018
Meskiana Près de 3 000 demandes de logements comptabilisées

A l’instar des autres c

Région -
10-12-2018
Mostaganem : Des entreprises au bord de l’asphyxie

Des plans de charge au

Région -
10-12-2018