Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : vendredi, 02 septembre 2016

Le siège de l’APC d’Irdjène, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou, daïra de Larbaa Nath Irathen, a été fermé dans la journée de mercredi par les citoyens d’Adeni, village situé au nord de la commune. Sous la conduite de leur comité, les villageois protestent contre la dété- rioration de leur cadre de vie dans le village et revendiquent son développement. Suite aux défi cits mis sur le compte de « la torpeur et du manque de dynamisme » de leurs élus, les villageois ont demandé à être reçus par le chef de daïra de Larbaâ Nath Irathen, dont relève la commune, en présence des élus locaux. Pour dénouer la crise, le responsable administratif de cette institution s’est rendu immédiatement sur place et a écouté les doléances des villageois, en leur promettant de tout faire pour les prendre en charge et trouver des solutions aux problèmes rencontrés. L’abandon des travaux d’aménagement d’une cabine pour la fi bre optique, qui permettra de connecter le village au réseau internet, fi gure au menu des revendications des villageois. Ces derniers déplorent, que pour implanter cet aménagement, il a fallu procéder à la démolition en février dernier de la placette de « El Djemaâ », située au cœur du village, qui était à l’origine un abribus. «Mais à ce jour, tout a été abandonné en l’état», précisent les délégués du comité du village. Ils ont également posé le problème de l’inexistence d’un accès vers la Maison de jeunes du village qui a été aménagée dans un ancien édifi ce au sein du village mais qui reste inaccessible pour les usagers en l’absence d’un passage même piéton. Le problème est dû à l’opposition des propriétaires des terrains mitoyens ainsi que de la direction de l’école primaire, située également dans le voisinage, qui refuse de céder l’accès vers la Maison de jeunes, mettant en avant la réglementation qui protège l’établissement scolaire.

Publié dans Région

Dormir à la belle étoile est une nouvelle tendance qui marque la saison estivale dans la wilaya de Béjaïa. Des estivants boudent les hôtels, les résidences et la formule chez l’habitant au profit de tentes sur les plages et même des trottoirs pour passer des vacances à moindre frais.

Publié dans Région

« Les textes du cahier des charges réglementant l'activité audiovisuelle offrent le cadre idoine pour permettre aux chaînes de télévision d'exprimer, en toute liberté, leur algérianité, leur modernité et leur professionnalisme, dans le respect des valeurs de notre société », a soutenu dans une déclaration à l'APS, M. Grine au lendemain de la publication de trois décrets exécutifs réglementant l'activité audiovisuelle en Algérie.

Publié dans Actualité

L’euro baissait légèrement vendredi face au dollar, dans un marché attentiste avant la publication des chiff res sur l’emploi aux Etats-Unis. L’euro valait 1,1194 dollar contre 1,1199 dollar jeudi soir. La monnaie européenne montait face à la devise japonaise à 115,77 yens contre 115,61 yens la veille. Le dollar progressait lui aussi face à la monnaie nippone à 103,42 yens contre 103,23 yens jeudi. L’indicateur le plus crucial de la semaine sera publié ce vendredi, avec le rapport mensuel du gouvernement américain sur l’emploi. «L’attentisme s’est emparé des marchés fi nanciers vendredi, les investisseurs attendant le rapport sur les créations d’emplois dans le secteur non agricole au mois d’août, qui pourrait donner une indication sur le moment où la Réserve fédérale prévoit d’augmenter les taux américains en 2016», a commenté un analyste. Le billet vert s’était aff aibli jeudi, connaissant «sa pire journée depuis deux semaines», «suite à la publication de plusieurs statistiques économiques décevantes», dont la contraction de l’activité industrielle en août aux Etats-Unis après cinq mois consécutifs de progression, a observé un autre analyste. Selon des analystes, ce repli laisse penser que la Réserve fédérale américaine (Fed) va continuer à adopter une approche prudente et retarder tout nouveau relèvement des taux d’intérêt à dé- cembre. La livre britannique montait face à la monnaie européenne à 84,32 pence pour un euro, ainsi que face au dollar à 1,3276 dollar pour une livre. La devise suisse montait face à l’euro à 1,0955 franc pour un euro ainsi que face au billet vert à 0,9787 franc pour un dollar. La devise chinoise valait 6,6985 yuans pour un dollar contre 6,6750 yuans jeudi soir. L’once d’or s’échangeait à 1.311,5 dollars au fi xing du matin, contre 1.309,50 dollars jeudi. 

Publié dans Economie

Les cours du pétrole montaient hier et prenaient 94 cents à 44,10 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) dans le marché new-yorkais, portés par des chiffres mitigés de l'emploi américain, éloignant, à leur tour, la perspective d'une hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis. La réserve fédérale américaine, par la voix de son numéro deux Stanley Fischer, avait fait des chiffres de l'emploi du mois d'août un indicateur crucial pour décider d'une remontée des taux, ce qui aurait conduit à un baril plus cher car libellé en dollar. Avec 151 000 nouvelles embauches, contre 180 000 attendues par les analystes, les créations d'emplois aux Etats-Unis en août ont déçu, tandis que le taux de chômage est resté stable, selon des données du département du travail publiées hier. La Fed s'abstient depuis décembre de resserrer sa politique monétaire, ce qui aurait pour effet de rendre le dollar plus rémunérateur pour les cambistes et ferait grimper son cours. Evidemment, la force du dollar pénalise le pétrole, libellé dans cette monnaie, car il le renchérit pour les autres pays utilisant d'autres devises. L'annonce de chiffres mitigés de l'emploi a donc soutenu les cours déjà dans de bonnes dispositions et permis un rebond après le plongeon des jours précédents.

Publié dans Economie

La nervosité a de nouveau gagné les cours de l’or noir, suspendus aux déclarations des uns et aux intentions des autres parmi les grands acteurs du marché pétrolier. Et cette fi n de semaine n’a pas dérogé à la règle, marquée par l’annonce du président russe Vladimir Poutine qui a jugé, hier, qu'un accord entre les pays exportateurs de pétrole pour geler leur production et soutenir ainsi les prix serait «une bonne décision», appelant à un «compromis» à moins d'un mois de la réunion d'Alger. 

Opep

Publié dans Economie

L’Affaire du site Dounia Parc, quelle suite ? Interrogé sur ce dossier, le garde des Sceaux Tayeb Louh n’a pas répondu directement, mais a préféré faire de la pédagogie en indiquant que, selon l’article 32 du code de procédure pénale, le parquet général est tenu d’activer l’action publiquement «immédiatement» dès réception d’une plainte liée au détournement de terres agricoles «quelle qu’en soit l’origine».

parc dounia

Publié dans Actualité

Des malades abandonnés à leur détresse. Manque de personnel médical et paramédical, manque de consommables, absentéisme... Une visite inopinée, jeudi soir, du ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, au plus grand hôpital du pays, le CHU Mustapha Pacha d’Alger, renseigne encore une fois sur le «mal» de nos établissements sanitaires. Il est 22h. Première halte : le service des urgences. Le couloir est bondé de monde. Un homme tient dans ses bras sa fi lle couverte de sang. Elle est blessée à la tête mais n’a toujours pas été prise en charge. Le médecin de garde est absent et il a gardé sur lui les clés du bloc. Le ministre est hors de lui. Sur le champ, il prend la décision de le révoquer. «Je préfère dire aux patients que ce poste est vacant que de leur dire que celui (ou celle) qui devait l’occuper est absent(e)», a tonné le ministre. Pourtant le dossier des urgences médicales dans les CHU a toujours constitué une priorité pour les autorités, comme le rappelle M. Boudiaf au micro de la Chaî- ne III. «On est en train de consentir des eff orts, mais là, ça démontre encore une fois qu’il y a un laisser-aller et un manque de conscience de certains responsables qui fuient leur responsabilités, croyant que le laisser-aller continue à exister et qu’on baisse les bras. Il n’en est pas question. Ils partiront tous s’il le faut. Personne ne restera», a-til affi rmé d’un ton ferme. M. Boudiaf n’en est pas à sa première visite inopinée dans les établissements de santé publique. Il n’informe presque pas de ses «descentes». Le ministre semble avoir bien compris que c’est à travers ces visites surprises qu’il est possible de prendre les personnels de la santé en fl agrant délit de laxisme. Car en dépit des quelques améliorations enregistrées ces dernières années, le système de santé vé- gète toujours dans la crise. De l’avis de tous et même des professionnels du secteur, se faire prendre en charge dans un établissement de santé publique, chez nous, relève du parcours du combattant. Les services d’urgences, notamment, sont sé- vèrement critiqués autant par les patients qui s’y rendent que par les professionnel de santé qui y sont aff ectés. Autant la qualité de l’accueil que celle des soins qui y sont prodigués sont mis en cause. Alors que la demande est de plus en plus forte, les prestations se dégradent davantage. Ces établissements, censés soulager la détresse physique et morale des malades, sont une source d’angoisse et d’inquiétude. Les eff orts consentis en matière de modernisation des prestations sanitaires demeurent en deçà des aspirations des citoyens devant la pression enregistrée dans les hôpitaux du pays. «Cet affl ux a fortement contribué à la médiocrité des prestations mé- dicales fournies aux malades», a reconnu le ministre de la Santé.

Publié dans Actualité

En visite jeudi dernier dans la région de Mostaganemn, le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelouahab Nouri, a dressé un comparatif peu fl atteur entre les performances du tourisme algérien et celles des pays voisins, le Maroc et la Tunisie notamment. M. Nouri a déclaré que le secteur dans notre pays contribue à hauteur de 1,5% au Produit national brut (PNB). «Dans les pays voisins, ce taux atteint les 7 ou 8 %», a-t-il indiqué en estimant qu’un travail de longue haleine «est nécessaire pour le promouvoir et lui permettre de contribuer effi cacement à l’économie nationale». M. Nouri a, par ailleurs, appelé les hommes d’aff aires privés algériens à contribuer au développement de l’industrie touristique en Algérie. «Sans la contribution du secteur privé, nous ne pouvons développer la qualité des services», a-t-il dit. Selon Abdelwahab Nouri, la région de Mostaganem dispose d’importants atouts et potentialités dans le domaine touristique, des infrastructures d’importance ainsi que de 16 zones d’extension touristique vierges, totalisant 4 500 hectares pouvant accueillir de grands projets dédiés au secteur. «La volonté affi rmée des autorités et les potentialités existantes nous permettent d’œuvrer ensemble pour développer le secteur du touristique et lui donner la place qu’il mérite», a-t-il souligné. Au cours de sa visite, le ministre a inauguré une résidence touristique, réalisée par un opérateur privé au pôle «les Sablettes» à Mazagran d’une capacité de 60 lits. Il a également visité plusieurs projets hôteliers en cours de réalisation. M. Nouri a procédé à la pose de la première pierre d’un hôtel au niveau du centre équestre Hocine Mansour, dans la commune de Kheirredine. Il s’agit de la première infrastructure du genre à l’échelle nationale devant allier tourisme rural et sport équestre. Le projet s’étendant sur 3 000 m2 comprendra un hôtel de 50 chambres et 24 bungalows, a-t-on expliqué sur place. Le projet sera réalisé dans un délai de 18 mois. Au site Djenat Arif, auquel contribue effi cacement la confrérie du cheikh Bentounes, dans la localité de Seyyada, le ministre a inauguré une exposition de produis d’artisanat à laquelle participent 25 artisans.

Publié dans Actualité

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a appelé, jeudi dernier, à Alger les imams et les mourchidate devant représenter l’Algérie en France à rétablir la véritable image de l’Islam. Présidant l’ouverture d’une journée de formation au profi t de 61 imams et mourchidate délégués en France, une rencontre à laquelle ont assisté le représentant du Bureau central des cultes du ministère français de l’Inté- rieur, Arnaud Schaumasse, et le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubekeur, M. Aïssa a précisé que ces représentants de l’Algérie étaient investis de «la mission de rétablir la véritable image de l’Islam par le discours, mais aussi par les actes et le comportement exemplaire». Plus que la simple représentation, l’Algérie attend de ces imams et mourchidate d’accomplir leur mission dans les mosquées de France «à une époque où l’Islam est accusé à tort d’être à l’origine du terrorisme», a affi rmé le ministre. M. Aïssa a également appelé ces imams, qui bénéfi cieront d’une formation au niveau de 15 universités françaises, à adhérer au «projet civilisationnel que nous avons amorcé en Algérie». Il s’est également félicité de la confi ance de la partie française dans «la voie suivie par l’Algérie à travers le ministère des Aff aires religieuses en matière de déradicalisation». «Les imams algériens qui ont su dans les années 1990 faire obstacle à l’extrémisme jouissent aujourd’hui de toute la compétence pour se prémunir contre ce fl éau», a souligné le ministre. Participant la rencontre, le représentant du Bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur français, Arnaud Schaumasse, a abondé dans le même sens et est allé au-devant des préoccupations de la partie algérienne pour ce qui relève de la montée des discours et actes xé- nophobes, plus particulièrement ceux qui ciblent les musulmans de France. «Le gouvernement français agit avec la plus grande fermeté contre tous les actes et tous les propos antimusulmans, et il n’y a aucune banalisation faite aux propos antimusulmans», a indiqué Arnaud Schaumasse. «Il y a un travail qui se fait avec les associations et une délégation interministé- rielle dans ce sens», a-t-il également expliqué. Sur ce registre, le représentant français est revenu sur le cas de ce restaurateur français qui a chassé deux femmes voilées de son établissement situé à Tremblay-en-France, en utilisant des propos racistes. «Des poursuites ont été engagées à son encontre. Il doit rendre compte de ses propos», a fait savoir M. Schaumasse, tout en soulignant que le nombre des actes antimusulmans en France ont, au cours du premier semestre 2016, «considérablement reculé par rapport à l’an dernier». Les Français de confession musulmane ont les mêmes droits que les citoyens français en termes notamment d’expression et de circulation. Un combat quotidien est mené par le gouvernement, les pré- fectures sur le terrain et par le délé- gué interministériel de la lutte contre le racisme pour veiller à ce qu’il n’y a pas d’attaques contre les Musulmans, a encore dit M. Schaumasse.

Publié dans Actualité
Page 1 sur 2