Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mercredi, 21 septembre 2016

Président de la Commission des œuvres sociales des travailleurs de l’Éducation de la wilaya de Béjaïa (CWOSTE) depuis octobre 2015, Mabrouk Benzaïd vient de rendre le tablier, a-t-on appris, avanthier, auprès des membres de cette instance.

Publié dans Région

Un automobiliste, âgé d’une quarantaine d’années, a été délesté de son véhicule de marque Caddy Volkswagen, vendredi dernier vers 02H, par trois individus encagoulés, alors qu’il s’était garé dans un chantier chinois de la pénétrante autoroutière, au lieudit Aftis, près du village Akhenak, dans la commune de Seddouk, 60 km à l’ouest de Béjaïa. La victime a été surprise par les assaillants qui, après l’avoir passée à tabac, ont pris la fuite à bord de son véhicule, la laissant dans un état critique. Ce n’est que vers l’aube, que l’infortuné a été retrouvé par des riverains. Alertés, les éléments de la Gendarmerie nationale ont aussitôt déclenché une enquête en vue de retrouver les auteurs de cet énième cas de vol de véhicule enregistré dans la région.

Publié dans Région

En visite de travail et d’inspection des projets relevant du secteur de l’Habitat, le wali de Bouira, Nacer Maâskri, n’a pas caché sa colère devant les maîtres d’ouvrage accusés d’être à l’origine des retards que connaît le secteur. Parmi les chantiers visités par le wali, celui des 134 logements sociaux, situé au centre-ville, lancé en juillet 2014. Ce projet, qui englobe, entre autres, un centre commercial de quelque 90 locaux et un parking souterrain d’une capacité de 160 véhicules, accuse un retard de plus de 15 mois. Les autorités locales ont injecté une enveloppe de 360 millions de dinars. Insatisfait de la cadence des travaux, le wali a ordonné la résiliation du contrat liant l’agence foncière de la wilaya et l’entreprise en charge du troisième lot. L’entreprise a quitté le chantier depuis trois mois. Le chef de l’Exécutif de la wilaya s’interroge sur le fait que le projet accuse encore des retards. Il a demandé aux responsables en charge du dossier de procé- der d’abord au renforcement du chantier et surtout d’entamer les démarches pour procéder au remplacement de l’entreprise défaillante.

LE WALI TACLE LES MAÎTRES D’OUVRAGE

Quand au parking, le wali a ordonné la mise en service du parking souterrain. « Il faut consulter la Protection civile et aménager l’entrée du parking. Au moins, il sera rentable en attendant la fi n du projet», s’est il adressé au directeur de l’agence foncière. Environ 875 logements entre promotionnels aidés (LPA) et publics locatifs (LPL) seront livrés d’ici la fi n de l’année dans la commune de Bouira, selon les données fournies par les responsables du secteur de l’habitat de la wilaya. Actuellement, le gros œuvre est presque achevé et il ne reste que les travaux secondaires relatifs, notamment au raccordement des logements aux réseaux d’électricité et de gaz ainsi que des aménagements intérieurs, a annoncé un responsable de l’Offi ce de promotion et de gestion immobilières (OPGI) et ceux de l’Agence foncière de la wilaya, présents à l’occasion de la visite sur chantier du wali de Bouira. Au niveau du chantier de réalisation de 168 logements publics locatifs à la sortie nord-ouest du chef-lieu de wilaya, le wali a appelé l’entreprise en charge des travaux à accélérer la cadence avant l’arrivée des premières pluies pour pouvoir réceptionner ce lot d’ici la fi n de l’année. Pas moins de 396 autres logements de type LPA et LPL sont en cours de réalisation à travers plusieurs quartiers de la ville de Bouira, où la demande en matière de logement ne cesse d’augmenter d’année en année. Certains chantiers accusent de sérieux retards, ce qui a soulevé la colère du premier magistrat de la wilaya. Inspectant les travaux de réalisation de 120 logements du type LPA qui a insisté sur la réception du programme dans de proches délais. Le chantier, presque achevé, a été fi - nancé par l’OPGI pour une enveloppe de 288 millions DA. La remise des clés aux bénéfi ciaires aura lieu avant la fi n de l’année. Par ailleurs, le projet des 50 logements, LPA, du centre-ville de Bouira devait être réceptionné dans les délais impartis. Au niveau du nouveau pôle urbain de la commune de Bouira, Nacer Maâskri a appelé à la nécessité de respecter les délais et au renforcement des chantiers en moyens humains. « Les entreprises sont appelées à respecter les cahiers des charges et surtout accélérer la cadence des travaux pour que tous les programmes soient livrés dans les meilleurs délais », a-t-il encore insisté.  

Publié dans Région

Contrairement aux années précédentes, cette rentrée scolaire n’a pas eu lieu dans de bonnes conditions. Depuis le début, pas moins de trois mouvements de protestation ont été signalés à travers la wilaya. Réclamant un cadre approprié pour la scolarité de leurs enfants, des parents d’élèves ont passé directement à l’action, celle de la fermeture des établissements scolaires. En eff et, au premier jour de la rentrée, c’est l’association des parents d’élèves du lycée Houari-Boumediène de la ville de Bouira qui a interpellé les responsables de la direction de l’éducation sur l’anarchie et le désordre régnant au sein de l’établissement. L’association a soulevé l’absence du censeur et de l’économe. Mardi, ce sont les parents d’élèves des lycées Machani-Rabah, dans la commune d’Ouled Rached, au sud de Bouira et ceux du CEM Akouche-Ahmed, de Merkala, dans la commune de Taghzout, qui ont décidé de fermer des établissements pour protester contre un manque fl agrant de moyens pédagogiques. A Ouled Rached, le lycée n’a pas encore ouvert ses portes. Plusieurs points ont été énumérés par les parents dont l’insécurité régnant au niveau de l’établissement situé à quelque 3 km du chef-lieu communal. L’absence d’un personnel pédagogique et d’agents de sécurité a été soulevée par les parents qui ont observé un rassemblement devant le siège de la direction de l’éducation. Aussi, ils relèvent le manque d’enseignants et l’indisponibilité de la cantine, bien que les travaux aient été terminés l’année dernière. À Merkala, les parents ont dénoncé la fermeture de la cantine scolaire. Le directeur de l’éducation de la wilaya par intérim, a précisé, dans une déclaration à la radio locale de Bouira, que la cantine dudit CEM n’a pas reçu de dotation fi nancière pour son bon fonctionnement. A Aghbalou, commune située à l’extrême est de Bouira, le lycée SlimaneAmirat a connu également des perturbations devant le défi cit en encadrement pédagogique. A en croire des parents, plus de 14 enseignants n’ont pas encore regagné leurs postes. L’établissement Est privé, d’un proviseur, d’un censeur, d’un conseiller en orientation et d’un économe. D’autres insuffi sances, et qui ne sont pas des moindres, ont été par ailleurs soulevées par les parents d’élèves à travers les établissements scolaires de la wilaya, à l’image du retard mis encore dans l’ouverture des cantines scolaires et le manque de moyens de transport scolaire.

Publié dans Région

Les travaux de réhabilitation et de modernisation des six établissements hôteliers relevant du secteur public de la wilaya de Tizi Ouzou ont été fi nalement lancés ces derniers jours. Une opération qui s’inscrit dans le cadre de la relance du tourisme en Kabylie. D’après le directeur local du tourisme et de l’artisanat, Rachi Gheddouchi, les travaux de modernisation concernent les hô- tels appartenant à l’Entreprise de gestion touristique (EGT Centre), ceux de Amraoua, Tamgout et Arz de Tala Guilef. D’après lui, les travaux d’aménagement des deux premiers hôtels ont été déjà lancés et le délai de livraison est prévu d’ici 15 mois. Quant à celui de Tala Guilef, il a précisé qu’après l’avis d’appel d’off res, le choix de l’entreprise réalisatrice se fera demain. 

Publié dans Région

Les habitants de la cité des Frères-Habes (ex-80-Logements) ont procédé, dans la journée d’hier, à la fermeture du siège de l’APC. Ils exigent la prise en charge du problème d’assainissement qui perdure depuis des années au niveau de leur quartier, situé au centre-ville de Larbâa Nath Irathen. « Ce problè- me constitue pour nous une source de nuisances d’autant plus qu’il perdure depuis une décennie. Mises au courant, les autorités compétentes n’ont pas bougé le petit doigt pour régler ce problème qui pollue le cadre de vie des riverains», affi rment les protestataires. «Le chef de daïra et le président de l’APC de Larbaâ sont venus dans la matinée d’hier, mais sans prendre d’engagement ferme quant à la résolution du problème et ce, malgré l’urgence sanitaire signalée par les services d’hygiène de l’hôpital, de la Protection civile et de l’ONA », déplorent les habitants de ce quartier qui se plaignent de nuisances qui aff ectent leur santé. Des dépôts d’eaux usées se sont formés dans les vides sanitaires des immeubles et des remontées ont été enregistrées par les occupants des logements situés au rezde-chaussée, alertent encore les citoyens concernés.

Publié dans Région

Dans le cadre de la lutte contre le trafi c de drogue et autres stupéfi ants, les éléments de la police relevant de la sûreté de daïra de Boudouaou ont réussi à neutraliser un dangereux dealer et saisi plus de 4 000 comprimés de psychotropes ainsi qu’une importante quantité de drogue, a indiqué un communiqué émanant de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Suite à l’arrestation d’un individu après une altercation dans un quartier de la ville, les policiers ont découvert sur son portable des photos montrant de grosses quantités de drogue et des comprimés psychotropes de diverses marques appartenant à un de ses proches. En exploitant le contenu du portable, le dealer a été identifi é. Il s’agit d’un repris de justice qui s’adonnait au trafi c de drogue et de stupéfi ants devant son domicile, a ajouté le même communiqué. Une descente sur les lieux a permis aux policiers d’arrêter en fl agrant délit le trafi quant. Il a été saisi pas moins de 4 116 comprimés psychotropes de diverses marques, une importante quantité de drogue ainsi qu’une somme de 188 800 DA provenant de la vente de cette substance nocive. Présentés devant le procureur près le tribunal de Boudouaou, les deux inculpés ont été placés sous mandat de dépôt et incarcérés à la maison d’arrêt de Tidjelabine pour les chefs d’inculpation de détention et commercialisation de drogues et de stupéfi ants.

Publié dans Région

La Direction de distribution de l’électricité et du gaz de la wilaya de Tizi Ouzou a comptabilisé 20 milliards de centimes de créances impayées. Sur les 67 communes que compte la wilaya, 46 n’ont pas réglé leurs factures dont 12, ont été par la suite rétablies par cette énergie vitale suite à leurs engagement d’assainir leur créances avant la fi n du mois en cours, a-t-on appris auprès du premier responsable local de la Direction de distribution, Salah Bara.

 

Il a affirmé qu’en plus des administrations locales, les directions de wilaya et les abonnés domestiques détiennent la plus grosse part des factures impayées. «Nous enregistrons entre 800 à 1 000 coupures d’électricité par jour afi n d’inciter les abonnés à recouvrer leurs créances», a-t-il insisté. Pis encore, et dans le même ordre d’idée, notre interlocuteur a tiré la sonnette d’alarme concernant l’ensemble des unités industrielles relevant du secteur privé. « Je dirais que ces créances sont renouvelables, puisque l’activité de ces unités risque d’être à l’arrêt après la coupure de l’électricité ». Il a précisé que l’objectif de cette politique de recouvrement de créances a pour objectif d’injecter ces enveloppes budgétaires dans l’investissement et l’amélioration des prestations de service auprès des clients de la Sonelgaz, la ré- habilitation du réseau électrique et des infrastructures d’accueil de leur société. Dans le cadre de l’amélioration de la qualité de la fourniture de l’énergie électrique, notamment en termes de disponibilité de puissance, le même responsable a fait savoir que sur 77 postes transformateurs prévus, 76 ont été mis en service depuis le début de l’année en cours et un autre est mis à l’arrêt, faute de multiples oppositions. « Nous sommes contraints de renforcer cette démarche visant la réhabilitation du ré- seau électrique, notamment avec une demande en nette augmentation d’une année à l’autre. Dans le même sillage, il a précisé que sur l’installation de 35 postes transformateurs prévus, 30 ont été mis en service depuis le début de l’année. En 2015, sur 100 postes prévus, 87 ont été installés. Alors qu’en 2014, sur 110 postes transformateurs prévus, une centaine a été mise en place. Au sujet du raccordement des localités de la wilaya au réseau de gaz naturel, le même responsable a indiqué qu’à ce jour, le taux de raccordement dépasse les 70%. Ce qui représente 190 000 raccordements eff ectués au niveau local dont 150 000 abonnés. En outre, il a fait savoir que le nombre d’abonnés raccordés à cette énergie vitale est de 21 000. Tandis que le nombre d’abonnés en attente de la mise en service du gaz dans leurs foyers est de 26 000 pour cette année contre 34 000 abonnés recensés en 2015. D’après ses prévisions, il a estimé que le taux de raccordement sera supérieur à 75% d’ici la fi n de l’année 2016. PLUS DE 600 CAS DE FRAUDE ÉLECTRIQUE Toujours en termes de chiff res, le directeur a ajouté que plus de 600 cas de sabotage aux équipements réseaux ainsi qu’à l’escroquerie et à la fraude électrique ont été enregistrés depuis le mois de janvier 2016 à ce jour. Ces préjudices causent des pertes colossales pour l’entreprise. « Ces cas de fraudes ont été automatiquement suivis par des dépôts de plainte contre des fraudeurs». Sur un autre volet, Salah Bara a fait savoir qu’en prévision de la saison hivernale qui pointe du nez, une campagne de sensibilisation sur l’usage du gaz naturel a été pré- vue prochainement par ses services au niveau des diff érents établissements scolaires de la wilaya, notamment ceux relevant des communes récemment raccordées à cette énergie. « Ce travail de sensibilisation est mené en étroite collaboration avec la direction locale de l’Education afi n de sensibiliser les élèves sur les dangers d’une mauvaise utilisation du gaz. Ainsi, des journées d’étude sont programmées dans les espaces publics des diff érentes localités avec la participation des comités de village », a-t-il souligné. Cette campagne s’étalera jusqu’à la fi n de la saison hivernale, a-t-on appris auprès de la même source. 

Publié dans Région

L’économiste et expert en énergie, Mustapha Mekidèche, s’est montré hier d’un optimisme mesuré dans son pronostic de l’issue qu’aura en fin de mois la réunion informelle de l’organisation des pays exportateurs de pétrole, OPEP. 

petrole opep reunion algerjpg

La mesure qu’il exprime est dans le fait qu’il affirme ne pas s’attendre à une « décision immédiate » des pays membres de geler leur niveau de production. Dans une déclaration à l’APS, hier, M. Mekidèche a expliqué que « l’objectif de cette réunion est clair: c’est celui d’obtenir la stabilisation du marché, car un niveau de prix infé- rieur à 50 dollars, le baril n’arrange pas les pays de l’Opep y compris ceux du Golfe qui ont, eux aussi, un besoin de fortes liquidités financières ».

Publié dans Economie

Le think-tank canadien Fraser Institute vient de rendre public son dernier rapport, intitulé Economic Freedom of the World (ou Liberté économique du monde). Le document publié mesure le degré selon lequel les politiques et institutions des pays du monde soutiennent la liberté économique. L’édition 2016 du rapport, la 20e du genre, se base sur les données de 2014 dans 159 pays. L’Algérie est à la 151e place du classement, avec un score de 5,15/10, après l’Iran et avant le Tchad et l’Argentine. En tête du classement, Hong Kong obtient une note de 9,03. Le Venezuela, en fi n de liste, est à la 159e place avec une note de 3,29. Cette édition refl ète-t-elle la réalité économique du pays ?

Publié dans Economie
Page 1 sur 8